Lettre courrier

Modèle Rapport éducatif AEMO Juge des Enfants

654 lectures

Modèle de Rapport éducatif et social pour le Juge des Enfants JDE (mesure éductive, AEMO, Signalement Juduciaire, évaluation enfance).

RAPPEL DE LA SITUATION

Au cours de l’élaboration de son premier contrat d’insertion dans le cadre du dispositif RMI madame VINCENT a parlé des difficultés rencontrées avec son fils.
La mère évoquait les troubles de comportement de KEVIN au collège. KEVIN avait été exclu définitivement de son collège suite à deux conseils de discipline.
Par l’intermédiaire du référent RMI madame VINCENT a sollicité une aide éducative, suggérée par la psychologue scolaire.
 
Dans le cadre de l’évaluation sociale mise en place les parents ont décrit la problématique de leur enfant en relatant les faits suivants :
- Une exclusion définitive du collège Notre Dame suite à un vol, des jets de pierres, des falsifications, un comportement violent et agressif vis-à-vis d’autres élèves ;
- Des vols d’argent au domicile ;
- Une désobéissance au domicile familial ;
- Des disputes récurrentes avec les enfants de son quartier ;
- Une fugue;
- Une incohérence parentale et un conflit parental sur l’éducation.



 Au mois de septembre 2010, un suivi éducatif a été mis en place pour accompagner KEVIN et ses parents dans leurs difficultés.

Les objectifs de l'intervention étaient les suivants :
- Accompagnement de KEVIN dans sa scolarité (comportement et orientation scolaires) ;
- Accompagnement vers la mise en place d’un suivi psychologique ;
- Accompagnement des parents dans leur positionnement parental ;
- Accompagnement de KEVIN vers une meilleure image de lui-même.
 

Le 9 avril 2011, un premier Accord Parental d’Aide Educative à Domicile a été signé pour une durée de 7 mois.
Cette première année de suivi a permis d’accompagner KEVIN et ses parents dans une meilleure compréhension des troubles de comportement scolaire de l’enfant.
Le 3 decembre 2011, un deuxième Accord Parental a permis d’accompagner la famille dans une recherche de prise en charge adaptée aux troubles de l’adolescent.
Le 11 juin 2012, un troisième Accord Parental a accompagné KEVIN dans le cadre de son accueil en Institut Educatif, Thérapeutique et Pédagogique (ITEP Madelaine de Serre).


EVOLUTION DE LA SITUATION

Accompagnement dans une prise en charge adaptée

Le 19 janvier 2011, un suivi psychologique au Centre Médico-Psychologique d’Annonay a été mis en place. Ce suivi était assuré par le docteur BERTRAND.

En lien avec les établissements scolaires, une orientation en Classe de SEGPA a été mise en place.
Malgré le cadre de cette scolarité adaptée, les troubles de comportement de KEVIN n’ont pas cessé.
KEVIN a été exclu du collège Les Ulysses.

Les manifestions et les troubles du comportement de KEVIN rendaient nécessaire, malgré des capacités intellectuelles, la mise en œuvre de moyens médico-éducatifs pour le déroulement de sa scolarité.

Dans le cadre de notre intervention, nous avons proposé à l’Education Nationale et aux parents une orientation en Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique

Nous avons constitué un dossier en lien avec le collège et établi un rapport expliquant la situation du jeune KEVIN.
Le 28 janvier 2012, la Maison Départementale des Personnes Handicapées a décidé d’orienter cet enfant en Institut médico-social.

Nous avons contacté les différents Instituts Thérapeutiques Educatifs et Pédagogiques de la région.
Ces établissements disposant d’un nombre de places limité et faisant face à une forte demande, aucune réponse positive n’a pu nous être donnée.


Dans un tel contexte, KEVIN a été déscolarisé du mois de janvier 2010 au mois d’avril 2010.
Durant ce temps de non-scolarisation KEVIN a pu participer à différentes actions collectives mises en place par l’équipe Enfance-Prévention de la Maison du Département.


Au mois d’octobre 2010, une orientation au collège Marie-Curie de TOURNON s’est conclue par une nouvelle exclusion (bagarre, plainte de parents pour des « faits d’attouchements sexuels » sur une autre élève.
Cette période de rupture scolaire a été l’occasion de réfléchir avec KEVIN à ses problèmes de comportement. L’adolescent a accepté l’orientation en I.T.E.P. préconisée par la MDPH.


Mise en place de l’accueil en I.T.E.P

Le 28 janvier 2010, la MDPH a décidé d’une orientation en internant Médico-Social.

La notification indique deux établissements :
ITEP Les COLLINES (Complet)
IITEP Madelaine de Serre

L’ITEP Madelaine de Serre se trouvant à plus de 200 kilomètres du lieu d’habitation du jeune, nous avons contacté de nombreux autres ITEP (Une vingtaine). Nous n’avons obtenu aucune réponse positive.

Nous avons réfléchi avec les parents, l’adolescent et le responsable de l’établissement aux conditions et aux conséquences de l’inscription de KEVIN à l’ITEP Madelaine de Serre

La difficulté principale de cet accueil résidait dans l’organisation des temps de retour en famille (week-ends et vacances scolaires)
La distance entre cet ITEP et Annonay demandait à KEVIN de faire 460 kilomètres. Il n’y avait aucune possibilité de train ou car.
Aucune prise en charge de taxi n’était envisageable. La Sécurité Sociale et le Conseil Général indiquaient que la situation de KEVIN ne relevait pas de leur compétence.

Les parents ont accepté, dans l’intérêt de leur enfant, d’effectuer toutes les deux à trois semaines le trajet entre leur domicile et l’établissement spécialisé.
KEVIN, quant à lui, se disait favorable à une intégration rapide de l’établissement.

Dans un tel contexte, nous nous sommes rendus avec KEVIN et ses parents en Lozère afin de visiter l’ITEP Madelaine de Serre dans le cadre d’une journée de Pré-admission.
L’ITEP a donné une réponse positive à la demande d’admission.
KEVIN a intégré l’I.T.E.P Madelaine de Serre au mois de décembre 2010.


Accueil de KEVIN en ITEP

KEVIN a rapidement investi l’’ITEP.
Nous avons pu faire le point avec lui sur cet accueil durant les vacances de décembre 2010.
KEVIN a pu nous dire qu’il appréciait l’établissement et qu’il souhaitait y rester.
Les éducateurs de KEVIN confirmaient cette bonne adaptation du jeune.

Durant l’année 2011 nous avons rencontré KEVIN de façon très ponctuelle, essentiellement en période de vacances scolaires.
Nous avons pu observer que ces rencontres étaient importantes pour l’adolescent.
Nos entretiens étaient un repère psychologique pour KEVIN. Ces temps de paroles lui permettait de faire le point sur son accueil. Ensemble, nous avons pu discuter de son comportement, de sa relation aux autres et à lui-même.
KEVIN était fier de l’évolution positive de son comportement. Ce contexte a grandement participé à la valorisation de l’adolescent.

Le 10 mai 2011, KEVIN a été convoqué par le Juge des Enfants de l’Ardèche dans le cadre d’une procédure pénale.
Cette convocation faisait suite aux plaintes déposées par des parents d’élèves lorsque KEVIN était scolarisé en SEGPA au collège Marie Curie de GRENOBLE (octobre 2010).
Il était reproché à KEVIN d’avoir exercé des violences sur trois jeunes filles, mineures de 13 ans («… forçant la jeune fille à l’embrasser sur la bouche et en lui caressant le sexe à travers le pantalon »).

Cette audience a fortement inquiétait KEVIN et ses parents. L’adolescent a du quitter L’I.T.E.P en cours de semaine pour se rendre au tribunal de PRIVAS.
Le Juge des Enfants a ordonné la mise en place d’un suivi judiciaire (pénal) qui sera exercé par les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.
L’adolescent a très mal vécu l’audience et l’image renvoyée par cette dernière à son entourage, aux autres jeunes accueillis à l’ITEP ainsi qu’à ses éducateurs.
Peu de temps après cette convocation, KEVIN a posé des actes délictueux dans l’établissement : vol de cigarettes dans un bureau tabac, port de haschisch.
Ces actes ont entraîné une exclusion de quinze jours.

Nous avons rencontré KEVIN durant cette période d’exclusion. Nous avons pu observer combien les « ennuis judiciaires » de l’adolescent l’ont perturbé et « replongé » dans une image négative de lui-même.
KEVIN nous a signifié qu’il ne voulait pas retourner à l’ITEP Madelaine de Serre l’année prochaine.
Il explique vouloir entrer dans le monde du travail dans le cadre d’un apprentissage ou d’un pré-apprentissage.
Le responsable de l’ITEP et nous-mêmes pensons aussi que le cadre d’un apprentissage serait adapté à la situation de KEVIN.
KEVIN a fait plusieurs stages qui se sont bien déroulés. Il ne rencontre pas de difficultés relationnelles avec les adultes. Au contraire, être en lien avec des adultes dans le cadre de stages semble être valorisant pour l’adolescent.
Les parents pensent aussi qu’un projet d’apprentissage serait pertinent pour leur fils.

En outre, au vu des difficultés comportementales de KEVIN, il ne nous semble pas souhaitable de lui imposer un accueil en ITEP l’année prochaine.


Nous sommes actuellement en lien avec la responsable d'un dispositif mis en place pour les jeunes en situation de handicap (TRAJECTOIRES: Mission Locale pour les jeunes ayant une RQTH).
Dans ce cadre, nous allons pouvoir accompagner KEVIN, de façon plus efficace et adaptée, dans son projet d'apprentissage ou de pré-apprentissage.

Le responsable de l’ITEP nous a conseillé de constituer un dossier MDPH afin que KEVIN bénéficie d’une Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).
Le dispositif de RQTH s'adresse aux personnes en capacité de travailler, mais présentant des difficultés à exercer certains types d'activités professionnelles en raison de problèmes de santé (maladies, handicaps).
Cette reconnaissance des difficultés de KEVIN pourrait faciliter la recherche d’un employeur dans le cadre d’un apprentissage.

CONCLUSION

Le suivi éducatif mis en place cette année en faveur de KEVIN a permis de l’accompagner durant son accueil en ITEP.
Dans ce cadre, KEVIN a pu reprendre confiance en lui et s’envisager positivement dans son avenir personnel et professionnel.

L’épisode judiciaire auquel il a été confronté au cours du mois de mai 2011 l’a fortement perturbé.
KEVIN nous a montré qu’il était encore fragile et qu’il avait encore besoin d’être accompagné.

L’année prochaine KEVIN ne sera plus accueilli en I.T.E.P. Il souhaite vivement intégrer un apprentissage ou un pré-apprentissage.
Ses difficultés relationnelles et son dossier scolaire sont des freins à ce projet.
Dans ce contexte, KEVIN et ses parents souhaitent que l’accompagnement mis en place dans le cadre de la mesure éducative soit maintenu.
Le renouvellement de la mesure éducative permettra d’accompagner le jeune et sa famille vers des solutions de prise en charge psychologiques et professionnelles adaptées à la situation de KEVIN.

Stéphanie BESSAT
Educatrice Spécialisée

Modèles de rapport social écrit par un éducateur pour un enfant bénéficiant d'un suivi éducatif
Exemple de rapport social pour une mesure éducative à domicile (AEMO, AEB, AED) pour le Juge des Enfants.